League of Legends
League of LegendsPar ziDwaiT le 08/09/2017 à 17:00

Duke revient sur son année passée au PSG

Hadrien « Duke » Forestier a répondu aux questions de Timo Verdeil à Paris, ce weekend, durant les playoffs du Summer Split des LCS Europe. Il revient sur son année passée au sein du Paris Saint-Germain.

 

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Infos Rédacteur

Prénom : Yoann

Nom : W.

Ville : Stains / Montpellier

Treize le 08/09/2017 à 17:2108 Sep 2017 à 17h21#1
P p P p P p PP pp PpP apparemment le micro était mal réglé...
agartha le 08/09/2017 à 17:2808 Sep 2017 à 17h28#2
Tout ceci n'est que mensonge. On voit bien que l'interview a été tourné à l'ESG Mykonos, mais que Timo n'ose pas l'avouer.
Treize le 08/09/2017 à 17:5908 Sep 2017 à 17h59#3
C'est dans la dernière minute qu'on apprend enfin une cause possible de l'échec... bosser 6jours sur7, jusqu'à 23h.... et apres même 7/7 à cause des résultats...
Puis visiblement beaucoup plus de tryhard sur les scrims que les autres équipes...

Bon sinon faut arrêter avec le "on gagnait pourtant tout en scrim" vu qu'à demi mot on apprend qu'ils gagnaient pas tant que ça contre les équipes LCS... donc stomp de la ligue espagnole ou de la scène fr... mouais ok

Et tout ce que je retiendrai du split c'est une équipe perdue, qui ne savait vraiment pas quoi faire... de la 5eme minute à la fin de la game... des lanes hyper faibles, sauf au mid. Alors peu importe le niveau des joueurs en soloQ ou en scrim... ils étaient juste FAIBLE en compétition par rapport à leurs adversaires qui ne devaient pourtant pas avoir le même staff derrière...

Et si Duke passe par là, y a une question que je me pose, je sais pas s'il pourra y répondre sans se griller mais je la pose quand même : y a des joueurs (je ne donnerai aucun nom) théoriquement ils sont trop bons, bon classement solo, bon champions pool, MAIS recrutés par différentes équipes, c'est un GIGA échec à chaque fois... Pourquoi ne pas admettre qu'ils ne sont pas si bons, pourquoi tant d'équipes leur accordent leur confiance?
Duke1805Compte certifié le 08/09/2017 à 18:1108 Sep 2017 à 18h11#4
En réponse a #3"a demi mot" pas du tout, on perdait en majorité contre les quelques top teams que l'on rencontrait ce qui est assez normal, mais nos résultats contre les équipes bas de tableau étaient bons, leur niveau étant le même que les équipes CS ce qu'on a pu vérifier aux tournois de promotion.

Ta question est effectivement délicate, et tout le problème vient de la transition entre matchs d'entrainement et matchs officiels. Que ce soit pour les staffs comme les joueurs pros, c'est d'abord les scrims qui font loi puisqu'ils constituent 95% du temps de l'équipe. Bien évidemment à la fin ce sont les matchs officiels qui comptent mais si tous les joueurs étaient bons en matchs officiels on aurait tous le niveau de G2, il faut donc parfois faire des "paris" (sorry pour le jeu de mot) dans le recrutement en prenant des joueurs qui ont montré un gros potentiel et qui n'attendent que de se révéler.

Il faut bien comprendre que tout ça est assez jeune, et ces joueurs n'étaient pas dans des clubs amateurs depuis leur enfance mais simplement chez eux derrière leur PC. Le temps d'une carrière est très court et ils se retrouvent directement propulsés sur le devant de la scène sans temps d'adaptation, et cela peut prendre des années. Par exemple le fameux Nukeduck qui est souvent cité dans la commu fr, toute la scène pro s'accordait à dire qu'il montrait des signes d'excellence et pouvait devenir un joueur hors normes, bien qu'il n'arrivait pas toujours à concrétiser son potentiel en game réelle. Il aura fallu du temps, mais comme on a pu le voir au summer split Nukeduck commence à prendre la dimension que l'on attend de lui.

Bref le job de coach/manager/recruteur n'est pas de descendre des joueurs pour le plaisir de les critiquer, mais au contraire d'essayer d'identifier un potentiel qu'il faudra nourrir pour le voir éclore. Notre discipline est jeune, le coaching lui même est embryonnaire, et il faut donc parfois être un peu patient bien que cela soit compliqué à niveau professionnel, et à fortiori pour le public.
Treize le 08/09/2017 à 18:2608 Sep 2017 à 18h26#5
En réponse a #4Merci d'avoir pris le temps de répondre.
Pour les joueurs ont parle pas du même type de joueurs, je parlais de joueurs passés par au moins 3 teams avec à chaque fois un lourd échec, pas juste des joueurs dont on attendait peut être plus.

Difficile c'est vrai de ne pas prendre en compte le niveau en scrim, vu la courte carrière des joueurs (surtout s'ils jouent 5 matches dans un split). Mais honnêtement, le niveau à l'entrainement, c'est de la flute ; rien qu'à cause de la pression des matches à enjeu, a fortiori lorsque c'est sur scène
ritCh le 08/09/2017 à 19:1108 Sep 2017 à 19h11#6 Edité par ritCh le 08/09/2017 à 19:13
En réponse a #4Quand on t'écoute on a l'impression que sur les 2 splits tout fonctionnait, sauf les jours de match. N'est-ce pas le rôle du staff de faire en sorte que ça fonctionne le jour J et dans le cas où ça ne fonctionne pas, de s'adapter à la situation?

Tout au long de ces 2 splits j'ai eu l'impression que tu n'avais jamais pris la mesure des forces et faiblesses de ton équipe. Toutes tes drafts étaient bonne dans l'absolu, on pouvait retrouver des drafts similaires chez d'autres équipes, même en LCK donc la dessus pas de problème, mais ces drafts ne fonctionnaient pas pour ton équipe. En tout cas elles ne fonctionnaient pas le jour J.

Je me souviens notamment d'un Bo2 dans lequel vous perdez les 2 games avec exactement le même scénario, et avec les 2 mêmes draft à un pick pret (khazix au lieu de rengar de mémoire). A ce moment là je me suis vraiment dit que tu voulais a tout prix faire fonctionner des compos qui étaient bonnes sur le papier plutôt que faire des compos adaptées a ton équipe.

Par exemple je pense pendant longtemps t'as draft des champions de lane pressure, qui étaient plébéciter en LCS, LCK etc.., alors que ton équipe ne savait pas prendre de décision en midgame. Du coup même si vous preniez un avantage en early, les adversaires finissaient par rattraper leur retard et a vous outscale.

Et plutôt que draft des compos qui scale, ce qui aurait à mon avis correspondu au style de tes joueurs, t'as cherché a imposer "la meta LCS" à ton équipe alors qu'ils étaient incapables de l'appliquer, au moins les jours de match.
rigun le 08/09/2017 à 23:4108 Sep 2017 à 23h41#7
Dixit Laurent Sciarra " des dauphins t'en fais pas des requins "
Poukie le 09/09/2017 à 10:1909 Sep 2017 à 10h19#8
En réponse a #6Ouais enfin si les compos marchaient en draft, tu peux te dire que le problème ce ne sont pas les picks mal adaptés à la meta mais plutôt la gestion de l'enjeu.
Pas mal de gens critiquent Duke pour les résultats de l'équipe, ou pensent trouver la solution qui aurait fait gagner le PSG.
Pourtant, cet aspect "ça ne marche pas le jour J" est super difficile à analyser et à améliorer. Est-ce que c'est psychologique ? Est-ce que c'est lié à la différence entre le style de jeu en draft et le style de jeu de match ? Si oui, à quoi tient cette différence ?
Enfin bref c'est quand même assez compliqué, à fortiori avec un regard extérieur.
Yunyuns le 12/09/2017 à 14:3012 Sep 2017 à 14h30#9
En réponse a #8Et pourtant de ce que j'ai compris de l'interview, ils (le staff PSG) ont vu que le problème était psychologique et pourtant ils ont intensifié les entrainements, alors que je pense que c'est la pire chose à faire.

Comme exemple parlant et très récent on a Rekkles. Il allait mal, il n'avait plus envie de jouer et se sentait trop sous pression, ben il a ralenti le rythme, il a laissé tombé des scrims, plus aucune interview, très peu d'interactions avec la communauté, il a même laissé tomber le bootcamp. Et au final ça a plutôt bien payé non ?

Enfin si tes gars gèrent pas la pression c'est pas en leur en infligeant encore plus que ça va régler le problème... :s