League of LegendsPar Lecrivaindujour le 13/09/2017 à 12:58

Worlds 2017: lumière sur les Wildcards

worlds_iwc

 

Team oNe eSports

 

         
        Flag Álvaro "VVvert" Martins Toplane
        Flag Alanderson "4LaN" Meireles Jungle
        Flag Bruno "Brucer" Pereira Midlane
        Flag Luis Felipe "Absolut" Carvalho Carry AD
        Flag Ygor "RedBert" Freitas

Support

 

Comme toujours depuis la saison 4, le Brésil envoie une équipe différente pour les Worlds. Cette année, le petit nouveau s'appelle Team oNe eSports. Alors que tout le monde voyait les Red Canids favoris cette année, c'est finalement la structure qui a acquis le roster INTZ.Genesis en avril qui a balayé tout le monde en playoffs après un parcours solide en saison régulière. En effet elle à infligé un 3-1 à INTZ e-Sports en demi-finale puis un 3-1 en finale à l'équipe paiN Gaming.

 

 

Assurément, l'une des forces de Team oNe sera de pouvoir compter sur les deux mids complémentaires que sont Brucer et Marf. Le premier est plutôt tourné vers les adc mid avec Corki et Lucian tandis que le second a plus tendance à se tourner vers des champions agressifs et mécaniques tels que Cassiopea où Taliyah. Néanmoins, si les deux mids savent tirer leur épingle du jeu, c'est réellement 4Lan, le jungler, qui impose le rythme des parties avec ses tanks (Gragas, Sejuani, Olaf...), apportant un réel soutien à son toplaner, Vvert. Ce dernier, bien que solide sur sa phase de lane, n'a pas de mécaniques suffisantes pour espérer rouler sur sa lane, et ses Jarvan, Shen ou encore Mundo (son pocket pick) se contentent de faire office de frontlane.

 

Stats Winter Split 2017   

 

L'impact de 4Lan se fait ressentir notamment dans les défaites de l'équipe car c'est lorsqu'il n'arrive pas à trouver l'ouverture que Team oNe perd. Ainsi, si son champion pool ne risque pas grand chose en phase de draft, il pourrait se retrouver en grande difficulté face à des junglers plus agressifs qu'au Brésil. Du fait de l'influence du jungler, on retrouve une équipe très tournée vers la macrogame qui joue majoritairement les objectifs et qui perd plus vite qu'elle ne gagne (ses victoires se jouent en 35 minutes en moyenne). Cette durée de partie permet à Asolut, l'ad carry, de briller avec les picks late game que sont Tristana et Twitch, mais il lui faudra gagner en régularité s'il veut porter son équipe dans ces Worlds car il est capable d'être omniprésent sur des games (notamment sur la troisième manche de demi-finale avec un magnifique 10/2/13) comme d'être un fantôme sur d'autres (un joli 0/1/0 sur la troisième partie de la finale). Enfin, RedBert est un joueur méta avec des Janna, des Braum et des Alistar, et reste mécaniquement solide, mais pêche parfois par excès de confiance.

 

Stats Winter Split 2017   

 

Si sa gestion de la macrogame peut faire de Team oNe une équipe solide face à une formation européenne ou américaine, elle risque de rencontrer des difficultés en raison de sa passivité et de ses déchets mécaniques face à des équipes jouant pour l'amour du kill comme les Marines ou les Gambit. Team oNe eSports arrivera donc en tant qu'outsider dans cette première phase des Worlds.

 

 

Kaos Latin Gamers

 

         
        Uruguay Juan "MANTARRAYA" Abdón Toplane
        Chile Sebastián "Tierwulf" Mateluna Jungle
        Chile Joaquín "Plugo" Pérez Midlane
        Argentina Nicolás "Fix" Sayago Carry AD
        Chile Eduardo "Slow" Garcés

Support

 

Kaos Latin Gamers est une structure emblématique de l’Amérique du Sud. Existant depuis 2014, elle a toujours été l'une des meilleures équipes de sa région, pour ne pas dire la meilleure. Mais paradoxalement, jamais elle n’avait réussi à faire une bonne performance lors de l’International Wildcard, malgré deux tentatives. Cette année, Kaos Latin Gamers participe pour la première fois aux championnats du monde. Quelles sont ses chances ?

 

 

Les Kaos Latin Gamers sont une équipe assez classique dans ses plans de jeu. Comme nombre de leurs homologues, ils jouent la meta tant dans leurs drafts que dans leurs stratégies. Lorsqu’ils ont l’avantage, ils ne le lâchent pas et sont très bons pour récupérer des objectifs tout en défendant les leurs. Lors de la finale de la CLS (3-1 contre Isurus Gaming), toutes les games remportées ont été des stomps aux objectifs. Ils peuvent également compter sur les mécaniques de leur ad carry, Fix, toujours au rendez-vous dans les combats d’équipe.

 

Stats Closing Cup 2017 

 

Pour autant, les Kaos Latin Gamers ont un jeu assez décousu et ils font de très (trop) nombreuses erreurs. De même, lorsqu’ils sont derrière, ils ne savent plus trop quoi faire, ne jouant ni la serrure ni le tout pour le tout. Malgré le bon niveau de leurs joueurs, il est rare que leurs combats ressemblent vraiment à quelque chose et cela leur portera préjudice s’ils ne travaillent pas là-dessus.

 

Stats Closing Cup 2017 

 

Les Kaos Latin Gamers apparaissent malheureusement comme l’une des équipes les plus faibles de la phase de qualification. Néanmoins, ils peuvent compter sur les capacités de leurs joueurs et sur des plans de jeu bien organisés pour les aider à surmonter leurs faiblesses. Mais s’ils veulent aller en phase de poules, cela ne suffira pas.  

 

 

Lyon Gaming

 

         
        Mexico Daniel "Jirall" del Castillo Toplane
        Peru Sebastián "Oddie" Niño Jungle
        Mexico Édgar "Seiya" Bracamontes Midlane
        Argentina Matías "WhiteLotus" Musso Carry AD
        Argentina Mariano "Genthix" Polonsky

Support

 

Si Kaos Latin Gamers est une structure emblématique de l’Amérique du Sud, Lyon Gaming est LA structure emblématique de l’Amérique du Sud. De même que leurs voisins de la CLS, elle a dominé les débats depuis son apparition sur la scène professionnelle en 2013. Et de même que leurs voisins de la CLS, elle n’a jamais réussi à aller plus loin que l’International Wildcard malgré ses deux tentatives.

 

 

Les Lyon Gaming jouent la méta, et adorent les compositions à base de beaucoup d’engage. Leurs drafts en sont remplies à tous les rôles : du Galio, de la Camille, du Thresh, de la Xayah, du Blitzcrank... Ils ont aussi une très bonne macro qui leur a clairement donné un avantage dans la ligue LLN. Même lorsqu’ils sont dominés aux kills, il n’est pas rare qu’ils soient quand même devant aux golds. Ils n’abandonnent jamais et peuvent revenir dans la partie à tout moment si on leur en laisse l’occasion. S’ils dominent l'early, ils déroulent : la dernière manche de leur finale a été un stomp en 23 minutes infligé aux Infinity Esports.

 

Stats MSI 2017 et Rift Rivals 2017

 

Néanmoins, l’équipe souffre d’un manque de coordination en combat, et ces derniers semblent parfois tirés à pile ou face. Souvent derrière en early, ils seront vite mis en difficulté face à des équipes qui aiment emballer la partie. Il n’est pas rare qu’à cause de ces faiblesses, leurs matchs s’étirent et aillent jusqu’à plus de quarante minutes de jeu.

 

Stats MSI 2017 et Rift Rivals 2017

 

Les Lyon Gaming apparaissent comme l’une des meilleures équipes Wildcard, mais leurs faiblesses pourraient s’avérer dévastatrices pour eux contre des compositions à l’exécution suffisamment rapide pour ne pas leur laisser le temps de remonter s’ils sont dominés. Ils devront travailler sur ces aspects mais restent une équipe à ne pas prendre à la légère durant cette phase de qualification.

 

worldshp2

ban_appli_news

Liens relatifs

Aucun lien pour cet article

Infos Rédacteur

Prénom : Lecrivaindujour

Nom :

Ville : Paris

cisco1 le 14/09/2017 à 13:4414 Sep 2017 à 13h44#1
Lien du site pour les stats ? S'il vous plaît :)
Waulk le 14/09/2017 à 13:5814 Sep 2017 à 13h58#2