League of LegendsPar Flamm le 10/01/2018 à 13:32

Le PSG tacle l’écosystème de LoL

Fabien Allègre n'est pas tendre à l'égard de Riot Games et l'écosystème sur League of Legends.

 

Fabien Allègre, responsable et coordinateur du PSG eSports, a répondu à quelques questions du magazine d'actualité hebdomadaire français, Le Point. Il revient sur l'année 2017 et sur les débuts de la structure sur League of Legends et parle des projets pour 2018. En voici un extrait :

 

Quel est votre bilan de l'année 2017 ?

Nous avons beaucoup appris. Vous savez, cette discipline est en perpétuel mouvement. Les évolutions se font entre les joueurs, la communauté et les éditeurs des jeux. Nous devons donc nous adapter à chaque fois. En termes de résultats, nous n'avons pas à nous plaindre. Notre représentant Lucas « DaXe » Cuillerier a été champion du monde sur Fifa et quelques trophées ont été gagnés. Notre jeune équipe Rocket League, qui a commencé en septembre dernier, débute plutôt bien et engrange de bonnes audiences (entre 35 000 et 40 000 spectateurs en moyenne). Par contre, nous n'avons pas atteint notre ambition de qualification sur League of Legends. Notre décision de faire une pause sur ce jeu en octobre 2017 est aussi un signal par rapport à ce que nous avons appris. Si on veut professionnaliser l'e-sport et qu'une entité ou une marque sportive souhaite s'investir sérieusement, il faut que du côté de l'éditeur nous ayons de vraies réponses. Aujourd'hui, la stabilité, l'organisation, la répartition des droits, bref tout l'écosystème manque parfois de lisibilité.

 

En quoi la relation avec Riot Games, l'éditeur de League of Legends, pouvait être compliquée ?

Ce n'est pas la relation qui est compliquée avec l'éditeur. Je vais vous donner un exemple. À partir du moment où vous assistez à une inflation importante des salaires et que vous n'avez pas accès à des informations claires sur ce que vous devez toucher sur la répartition des droits de diffusion pour une compétition, il devient alors difficile de constituer un budget fiable pensé en fonction des potentiels revenus engrangés. Vous savez, un budget pour une équipe comme le PSG sur League of Legends gravite autour d'un million d'euros et sans avoir les tops joueurs européens ou mondiaux. Ce qui nous a aussi séduits dans l'e-sport, c'est sa similitude avec l'écosystème du sport. C'est la même colonne vertébrale. Vous avez les droits de diffusion, le sponsoring, le ticketing et le merchandising. Si, à chaque levier, vous n'avez pas une vraie visibilité sur ce que vous pouvez générer, vous vous rendez compte que vos recettes reposent uniquement sur votre capacité à développer du sponsoring. Les grands tournois de League of Legends que vous voyez avec des dizaines de milliers de personnes, eh bien quand c'est l'éditeur qui organise la compétition, vous ne cochez ni la case ticketing ni la case droits télé. Il vous reste donc le sponsoring et encore faut-il être assez solide pour pouvoir faire des partenariats à plusieurs millions d'euros. Je ne voudrais pas paraître négatif, mais les éditeurs doivent prendre conscience de l'importance d'accompagner les équipes. On ne remet pas en question la puissance de cette discipline. Cependant, il nous faut plus de stabilité.

 

 

Malgré ses problématiques économiques, auriez-vous continué votre activité sur ce jeu si votre équipe avait eu des meilleurs résultats ?

Non, la décision de se mettre entre parenthèses de League of Legends n'a pas été prise à la suite de notre échec de qualification pour les Challenger Series ou par manque des résultats. Nous avons fait ce choix principalement à cause de l'environnement que je viens de décrire. Si je mets un million d'euros de budget sur la table, il me paraît logique que je gagne quelque chose avec les recettes. Si ce n'est pas possible, je peux toujours équilibrer mes revenus avec les sponsors, mais je ne pourrais pas financer le développement des autres équipes ou joueurs. Je ne peux donc pas me lancer dans Rocket League et aller demain sur Arena of Valor ou Clash Royale, car j'ai un jeu qui me prend tout mon budget. 

 

Quels sont vos objectifs pour 2018 ?

Nous souhaitons être à la hauteur du projet que nous défendons depuis 2011 et participer à notre niveau au rayonnement du PSG sur d'autres territoires que le foot. On espère que l'e-sport prendra toute sa place dans notre marque pour aller séduire encore plus de fans. Nous voulons évidemment remporter des compétitions et nous lancer sur de nouveaux jeux. Nous réfléchissons à aller vers d'autres secteurs, le marché du mobile est très intéressant et facile d'accès pour le grand public. Pourquoi pas inverser la relation avec les éditeurs, on peut être également un levier pour eux même s'ils sont loin d'être des petites start-up. Nous pouvons aussi véhiculer un projet et faire des choses ensemble. 2018 sera différent, nous espérons être économiquement viables. La troisième année devrait être l'année où nous devrions faire des bénéfices.

 

 

ban_appli_news

Infos Rédacteur

Prénom : Captain

Nom : Flamm

Ville : une autre galaxie

Twitter : Twitter

OxTaR le 10/01/2018 à 14:1010 Jan 2018 à 14h10#1 Edité par OxTaR le 10/01/2018 à 14:11
Arena of Valor tenu par Tencent Games également on lui dit tout de suite ou on attend ?

C'est drôle d'entendre une personne du PSG parler d'équilibre financier et rentabilité alors que le club lui-même est positif au plan comptable uniquement grâce à l'argent investi et non grâce au revenu engendrer par le club.

Mais je ne défend pas Riot qui pour moi est au courant des problèmes depuis longtemps et ne réagisse pas
Horsaphael le 10/01/2018 à 14:2410 Jan 2018 à 14h24#2
"Non, la décision de se mettre entre parenthèses de League of Legends n'a pas été prise à la suite de notre échec de qualification pour les Challenger Series ou par manque des résultats. "
Donc il serait quand même parti si ils étaient monté en LCS c'est ça? :D
Arash le 10/01/2018 à 14:4010 Jan 2018 à 14h40#3
En réponse a #2ils auraient vendu leur slot, et recuperer une partie de leur mise au moins !
Drijoka le 10/01/2018 à 14:5010 Jan 2018 à 14h50#4
Qu'a fait Riot pour l'eSport ?

Qu'a fait le PSG pour l'eSport ?

Fin des débats pour moi.
Waulk le 10/01/2018 à 14:5610 Jan 2018 à 14h56#5
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
Bobif le 10/01/2018 à 15:0810 Jan 2018 à 15h08#6
En réponse a #5Je pense que Drijoka est plus team Riot que team PSG ^^.
Il sait très bien que Riot a fait énormément pour l'esport d'où son message pour montrer que PSG n'a pour le moment rien apporter comparé à Riot et que c'est facile de critiquer alors qu'ils ont crée ou du moins professionnaliser l'esport dans le monde.
Lalope le 10/01/2018 à 15:2610 Jan 2018 à 15h26#7 Edité par Lalope le 10/01/2018 à 15:26
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
OxTaR le 10/01/2018 à 15:5810 Jan 2018 à 15h58#8
En réponse a #7Fnatic = AS ROMA
S04
Vitality sponsor a gogo
G2 = joueur de Barcelone

Je prend que quelque exemple.
Y'a de l'argent c'est juste qu'en Europe on ne parle pas d'argent alors que USA c'est un sujet normal et c'est même prestigieux .
SwQy le 10/01/2018 à 15:5910 Jan 2018 à 15h59#9
En réponse a #4RIOT est un des acteurs majeurs du développement de l'esport c'est clair, mais je vois absolument aucun rapport avec l'analyse du PSG ? Ils disent clairement ce qu'ont dit à plusieurs reprises H2K, G2 et toutes les teams NA. LOL est peut-être le jeu le plus populaire mais RIOT ne redistribue pas assez aux équipes aux vues des coûts d'une team de haut niveau.

Je comprend pas ton message en faite.
Poukie le 10/01/2018 à 16:5510 Jan 2018 à 16h55#10 Edité par Poukie le 10/01/2018 à 16:56
En réponse a #9Le truc c'est que pour RIOT, l'esport n'est pas rentable. C'est un investissement marketing.
On peut argumenter du fait qu'ils s'y retrouvent ensuite en terme de ventes car cela leur rapporte des joueurs, mais c'est extrêmement difficile à quantifier.

Les équipes veulent une part des revenus de RIOT. Elles prétendent : "les investissements marketing rapportent de l'argent à RIOT. Or, nous investissons aussi dans l'esport de LOL. Donc nous devrions toucher une partie des revenus générés par ces investissements marketing (par exemple, vente de skins propres aux équipes)."

D'un autre côté, ces équipes n'auraient aucune existence sans le support et les investissements de RIOT pour maintenir un écosystème propice aux équipes (et je pense que ça doit coûter assez cher).

On pourrait très bien aussi imaginer RIOT dire aux équipes : "Comme vous faites de l'argent sur la base de nos investissements, il serait logique aussi que vous endossiez une partie des coûts liés à l'organisation des compétitions LOL".

Ce qui est déjà un peu le cas avec les salaires des joueurs. Mais RIOT en paie déjà la base, et après les salaires se sont envolés - à cause des équipes elles-mêmes, qui ont été prêtes à toujours mettre plus d'argent là-dedans. Ensuite, elles se plaignent des difficultés à faire des profits et réclament plus d'argent à RIOT.

Il y a quelque chose d'un peu malsain dans ce système si RIOT plie trop facilement.
ACAB le 10/01/2018 à 17:2210 Jan 2018 à 17h22#11
Bon au delà de parler de la structure PSG et de son échec sportif sur lol, je trouve la partie ou il parle de prévision de budget assez intéressante et construit.

Je ne suis pas un supporter du système franchise, même si j'en vois les avantages, pour moi les inconvénients présentent un coût trop élevé. Par contre il est vrai que si en début de saison, on équipe ne sait pas encore combien elle va toucher de la part de Riot (même une indication approximative + ou - quelques dizaines de milliers d'euros, ou une indication type : 1er 1M, 2e 800k etc.), ça deviens compliqué de faire son budget. D'ailleurs aucune entreprise bien géré ne fait son budget sans connaître approximativement son budget.

Bref il rouvre un débat sur la gestion par RIOT, et imo, il fait sa plus intelligemment que le CEO d'H2K.
GreeNSpiRiT le 10/01/2018 à 17:4910 Jan 2018 à 17h49#12
En réponse a #10"Le truc c'est que pour RIOT, l'esport n'est pas rentable"
Bah justement, l'interview explique assez bien qu'il y a au contraire pas mal de thune... L'e-sport, pour RIOT, ce n'est pas que de l'"investissement marketing" comme tu dis qui leur rapporte des joueurs...
Quand ils organisent un évent avec des dizaines de milliers de personnes, ils se font de la thune avec le ticketing, le sponsoring, les droits de diffusions, etc.
Ils couvrent assurément leurs frais et pas mal de bénéfices (quelle proportion ? c'est justement ça qui est pas clair pour les équipes)
VinceVibe le 10/01/2018 à 18:0010 Jan 2018 à 18h00#13
En réponse a #4On en reparle après ton retour de Corée :D
Spearline le 10/01/2018 à 18:1410 Jan 2018 à 18h14#14
Ils on recruté un joueur pas cher dernièrement pour leur équipe PUBG.

https://twitter.com/neymarjr/status/950716740723494912
qZv le 10/01/2018 à 18:1510 Jan 2018 à 18h15#15
Ce commentaire a été masqué, cliquez ici pour l'afficher
amroth64 le 10/01/2018 à 23:5210 Jan 2018 à 23h52#16 Edité par amroth64 le 11/01/2018 à 03:19
En réponse a #15Venant d'un pays qui fait parti des plus gros marchands d'armes du monde je trouve ca culotté de "critiqué" le Qatar.
Yougourte le 11/01/2018 à 18:3511 Jan 2018 à 18h35#17
En fait ça nous apprend juste ce que l'on sait déjà : pas assez de redistribution des revenus.
Par contre là où je trouve qu'il y a un soucis c'est que la plupart des personnes qui parlent de çà (ici, CEO H2K, équipe LCS Na...) ont tendances à toujours parler "d'aide" et non de récompenses. Je veux bien qu'il y ait plus de partage des revenus, mais il faut que ce soit lié à la performance de l'équipe sur l'année.